Portrait

Au cours de ses 90 ans d’existence, l’ASPS a donné des impulsions au développement de la politique sociale, tout en apportant une contribution critique et en subissant elle-même des changements. Les constantes de cette mutation peuvent être synthétisées en cinq axes:

1. Un forum de discussion pour la politique sociale

Dans la période de l’entre-deux-guerres, alors que la politique sociale était avant tout une affaire concernant les partenaires sociaux, l’ASPS offrait une plate-forme de discussion sur la scène politique dans une atmosphère constructive. Après la 2e Guerre mondiale, la Confédération a entrepris le développement des assurances sociales et l’ASPS a constitué pendant cette période un important forum de discussion entre les partenaires sociaux et la Confédération. Dès les années 80 et 90 – début de la stagnation des assurances sociales et période pendant laquelle de nombreuses voix se sont élevées pour proclamer la crise de l’État social -, l’ASPS a essayé par le biais de colloques et de publications de sensibiliser les différents cercles actifs en matière de politique sociale afin de trouver ensemble des solutions aux problèmes difficiles qui ont surgi.

2. Promouvoir une vision globale de la politique sociale

L’ASPS a toujours envisagé la politique sociale comme un tout. Cette optique a particulièrement gagné en force car la pratique jusqu’ici a démontré que la segmentation de la sécurité sociale ne peut plus offrir des solutions aux problèmes sociaux dans un proche avenir. C’est pourquoi il est essentiel de reconnaître les différents risques sociaux afin de développer une vision globale des assurances sociales qui permette de trouver des solutions idoines. Cela implique de dépasser les limitations de compétences en ce qui concerne les risques sociaux (p. ex. vieillesse, santé, travail), ainsi que les délimitations sur les plans juridique (AVS, assurance-chômage, aide sociale, etc.) et administratif (OFAS, SECO, Départements des cantons, Services des communes, etc.).

3. Un trait d’union entre la théorie et la pratique professionnelle

L’ASPS s’est toujours investie dans son rôle de catalyseur pour renforcer le dialogue entre le monde politique, l’administration, l’opinion publique et les instances scientifiques avec conviction: seuls des efforts communs peuvent aboutir à des solutions valables! Sur le plan de la recherche en politique sociale, on se heurte à l’absence d’institut universitaire pour assurer la continuité et combler la faiblesse des fondements dans ce domaine, avant tout en Suisse alémanique. Personne ne nie l’importance des programmes de recherche nationaux, mais ils ne sont pas en mesure d’assurer cette continuité à long terme.

4. Perspectives

Le travail de l’ASPS s’est concentré dans un passé récent sur différentes thématiques qui témoignent de son attachement à ses objectifs statutaires. En 1983, dans le cadre d’une journée d’études, l’ASPS a invité à se pencher sur les perspectives de la politique sociale pour l’an 2000. Le thème de discussion choisi en 1989 ciblait la politique européenne: "La politique sociale suisse dans le cadre de l’Union européenne". Retour à la scène fédérale en 1996 pour débattre sur les conséquences de la nouvelle péréquation financière: "Plus de fédéralisme – moins de sécurité sociale ?". Différentes publications ont également élargi le cercle du public intéressé.

5. Agir sur le plan suisse

Dès ses débuts, l’ASPS s’est engagée comme une organisation active au niveau national et il lui importe de prendre en considération les différentes positions et sensibilités en matière de politique sociale. Tout un symbole : un Grison italophone, un Romand et un Suisse alémanique ont été les trois derniers présidents de l’ASPAS. Le président actuel vient de nouveau de la Suisse romande.

Malgré son “grand âge”, l’action de l’ASPS reste toujours d’actualité. En effet, l’ASPS offre un forum de discussion pour les questions de politique sociale qui est sans attache partisane. Elle élabore aussi des dossiers sur des problèmes socio-politiques et informe le public de manière indépendante par le biais de colloques ou de publications. C’est ainsi que l’ASPS participe pleinement aux processus décisionnels dans le domaine de la politique sociale.